samedi 14 décembre 2013

les peintures de "genre"


Peintures de communication,  exposées de préférence  dans des lieux relativement fréquentés pour être vus (salles de réception ou de bal, hôtels de ville, hospices...) presque toujours de très grand format comme pour mieux interpeller et frapper les esprits. Les thèmes abordés sont extrêmement riches et peuvent varier selon les lieux et les époques. La peinture de "dévotion" est traitée dans un article séparé, comme c'est aussi le cas pour le portrait, le paysage et la nature morte.

-genre mythologique : il se développe beaucoup à la Renaissance, il est caractérisé surtout par une  peinture de nus à vocation érotique, il est également prétexte à afficher la virtuosité des artistes

          

                 L’Humanité avant le déluge de Cornelis Van Haarlem (1562-1638) 
« Toulouse, Musée des Augustins »


-pastorale: genre bucolique et charmant parfois purement platonique selon la "Carte du Tendre" de Madeleine de Scudéry (1607-1701)


                                      Abraham Bloemaert: Angélique et Médor (1620-1630)

                                    copyright Ville de Nice, Photo Muriel ANSSENS  



-peinture de mœurs: à vocation descriptive, distrayante parfois moralisatrice   comme par exemple "le tricheur" de Georges de La Tour (vers 1620-1640), mais aussi quelques décennies plus tard  "Au café dit l'absinthe" de Edgar Degas (1876).















Intérieur de cuisine de Adrian van Utrecht
Musées de Narbonne, ©Jean Lepage

-peinture d'histoire: illustration et mémorisation des grands
événements de l'histoire comme le sacre de Napoléon Ier par David, mais aussi l'affichage des courants et effets de mode avec par exemple le "gothic revival" en Angleterre et les scènes inspirées du Moyen-Age dans la seconde moitié du XIXème siècle en France avec JP Laurens.

-fêtes galantes et divertissements: mises en scène de théâtre ou de cinéma, ces tableaux ont pour vocation essentielles de divertir. On peut citer par exemple les scènes d'auberge des peintres flamands du XVIIème siècle, mais surtout les tableaux Rococo du XVIIIème siècle avec la peinture de Watteau (fêtes champêtres et  musiciens)

-scènes de chasse, militaires ou patriotiques:  panoramas retraçant la topographie des lieux notamment des  champs de bataille, comme ce tableau du peintre polonais Michalowski (1830).



















-scènes orientalistes: invitation au voyages,  catalogue de sites touristiques ou instrument de propagande tels sont les tableaux représentant les paysages d' Italie du XVIIème, les vues de Rome de Camille Corot, les scènes algériennes d'Eugène Delacroix . 

-peinture sociale : ce genre se développe surtout au XIXème siècle avec la description de la  misère paysanne illustrée par les premières peintures de paysans de Vincent Van  Gogh et les laboureurs de Rosa Bonheur ou les revendications ouvrières ou sociales avec ce tableau poignant de Francisco Goya:


Francisco Goya: les fusillades du 3 mai (1814)
Madrid:  Musée du PradoAjouter une légende

ou encore "la liberté guidant le peuple" de Delacroix, mais aussi avec l'illustration de scènes quotidiennes, chères aux impresionnistes, comme ce plongeon de Gustave Caillebotte.

                                      

                                            
                                                               Gustave Caillebotte: 1848-1894 : le plongeur
                                                                Musée d'Agen - cliché Thierry-Daniel VIDAL
                                    
Mais aussi avec Guernica (1937) de Picasso, la peinture de genre devient un formidable outil de communication pour interpeler et sensibiliser le public aux grands problèmes de société, avant que la photographie et le reportage ne prennent le relais.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

merci de m'envoyer votre commentaire par mail à jf.rancurel@orange.fr